Chaos musical: Episode 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chaos musical: Episode 1

Message par Kiusk le Dim 2 Juil - 5:38

Depuis des décennies, ils étaient animés par les mêmes obsessions, les mêmes marottes. Ils côtoyaient le même cercle d'amis, avec qui ils formaient une joyeuse bande, rassuré par l'entre soi. Les mêmes bons mots, échangés autour d'un verre, flattaient leur ego et les confortaient dans cette vie sans doute enviable. Depuis des années, ils se contaminaient de leurs névroses, et avaient finalement fini par se ressembler jusque dans leurs rires. Ils occupaient leur temps à un travail sans grand intérêt. Pour tenir, ils prenaient des drogues et alors se sentaient puissants quelques instants. Tout cela masquait un vide existentiel grandissant. A la vérité, ils étaient terrifiés à l'idée de se confronter à eux-mêmes.
A bien des égards, ils avaient développé dans cette relation de longue date, un caractère monstrueux dans leur façon d'appréhender la vie. Ils n'avaient désormais guère plus d'empathie pour les autres. L'idéalisme de l'adolescence, s'il avait jamais été, était en tout cas passé depuis fort longtemps. Ils n'hésitaient plus à rire de la fragilité d'un tel, et se gardaient bien de l'aider. Au contraire, s'ils avaient pu le démolir, leur joie en aurait été plus grande. Seules leurs obsessions comptaient à leurs yeux.
Ils avaient cette collection de vyniles. Ils l'entretenaient dans une fébrilité quasi maladive. Cette collection était désormais placé au rang de Dieu surpuissant. Elle comblait ce vide qui les accompagnait jour après jour. Même s'ils n'avaient jamais pu accèder à une notoriété qui aurait pu enfin apaiser leur ego. Ils étaient plus ou moins artistes. Un tel avait composé une musique de film et avait connu quelques succès. Il était aussitôt au centre des préoccupations du groupe. La réussite sociale, la reconnaissance, la richesse, était au coeur de leur système de valeur bien loin devant toute idée humaniste.
Parfois, ils étaient pris d'accès de violence. Dans ces moments là, ils auraient insulté la terre entière, sûrs qu'on ne les avait pas reconnu à leur juste valeur. L'aspect ridicule d'un tel raisonnement ne les effleurait pas. D'autres moments étaient plus apaisés. Mais, très vite, une grimace ou une remarque obscène venaient trahir leur profond mal être et la monstruosité de leur moi profond.
Au même titre que la musique, le sexe ne cessait de les obséder. Comme le dessin à la craie d'un collégien sur la tableau noir de la classe, il s'invitait sans cesse dans toutes les conversations. Sans raison logique, ni en corrélation avec le dialogue en cours, une obscénité surgissait au milieu de l'échange. Et si bien qu'on ne parvenait plus à savoir si son interlocuteur avait encore toute sa raison.
Ils aimaient la musique bruyante et à l'agitation un peu vaine. Dans le fond, s'il n'y avait pas eu la musique qui les rattachait à quelque chose d'encore un peu humain, ils seraient devenu des brutes. Leur père avait été ainsi, et ils perpétuaient cette tradition familiale. Ils n'étaient pas assez évolué pour consulter un psy et seul un évènement dramatique aurait pu les contraindre à ce qu'ils jugeaient comme une extrémité. Et puis, surtout ce miroir risquait de profondément et durablement modifier ce quotidien qu'ils jugeaient satisfaisant. En attendant, ils se contentaient de contaminer leur entourage et de souffrir eux-mêmes de leur malaise grandissant.

avatar
Kiusk
Admin

Messages : 215
Date d'inscription : 29/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://kiusk.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum